Raspberry Pi 3 : Comment ça marche?

Une Framboise? mmm quel drôle de nom pour cette carte électronique de la taille d’une carte bleue! Ce nano ordinateur peut être utilisé dans un tas d’application: domotique, robotique, surveillance, media center, serveur, etc…

Ce guide de démarrage est un condensé de plusieurs guides trouvés sur le net

Les caractéristiques:

Le Raspberry Pi 3 est la 3ème génération de carte mère Raspberry Pi. Il remplace le Raspberry Pi 2 Model B depuis février 2016. Comparé au Raspberry Pi 2 il a:

  • Processeur CPU 1.2GHz 64-bit Quatre coeur ARMv8
  • WiFi intégré 802.11n
  • Bluetooth 4.1 intégré
  • Bluetooth Low Energy (BLE)

Et comme le Pi 2 il a:

  • 1Go RAM
  • 4 ports USB
  • 40 GPIO pins (broches Entrées/Sorties TOR/PWM/I2C)
  • PortHDMI
  • Prise Ethernet RJ45
  • Prise 3.5mm audio jack and composite video
  • Interface Camera (CSI)
  • Interface Afficheur (DSI)
  • Slot pour carte micro SD
  • Processeur graphique GPU 3D VideoCore IV





Préparation matérielle:

Le Boitier

Avant d’attaquer le vif du sujet, il y a quelques précautions à prendre avec le Raspberry Pi, celui-ci est livré nu, c’est à dire sans aucune protection/boitier. Attention lors de sa manipulation à ne pas endommager les composants sur la carte et surtout ne pas le poser à proximité de pièces métalliques qui pourrait provoquer des court circuit et le détruite. La carte est extrêmement légère donc attention aussi que les câbles branchés ne le fasse pas chuter. Je vous conseille vivement de vous procurer un boitier comme celui en photo ci contre, il permet un accès aux broches GPIO.

 

L’alimentation

Voilà pour le PCB, mais comment le faire fonctionner?  En premier lieu il faut une alimentation, celle ci se branche sur la prise micro USB (identique à la plupart des téléphone portable), mais attention le chargeur de votre téléphone ne suffira pas pour le Raspberry Pi. Il faut une alimentation pouvant au moins débiter 2 ampères en continu. Une alimentation capable de sortir 2,5 ou 3 ampères est parfaite surtout si vous compter brancher des périphériques ou cartes d’extensions à votre PI. Ne cherchez pas d’interrupteur sur la carte, il n’y en a pas, dès qu’il est branché, le Raspberry Pi démarre.

 

Le stockage

Le stockage maintenant, le Raspberry Pi n’est pas doté de mémoire Flash, le seul moyen de lui donner du stockage pour son système d’exploitation se fait par le slot pour carte micro SD. Attention à ne pas prendre une carte trop lente, ou bas de gamme, les performances seraient catastrophique, choisissez une carte de marque au minimum classe 10, pour la capacité cela dépend de ce que vous souhaitez faire.

 

Le contrôle

Un ordinateur? mais il nous manque clavier souris et écran??  Pour contrôler et configurer votre Raspberry Pi, plusieurs possibilités, soit de manière traditionnelle en y branchant un clavier et une souris via les ports USB et en le raccordant à un moniteur équipé d’une prise HDMI ou à votre téléviseur, ou alors en y accédant à distance via SSH (voir cet article sur le site Raspbian France). Lors de la première mise en route et de l’installation du système d’exploitation un écran et un clavier sont obligatoires.

 

Préparation Logicielle:

Le système d’exploitation

Pout fonctionner, comme tout ordinateur, le Raspberry Pi à besoin d’un système d’exploitation installé sur son stockage, en l’occurence sur la carte micro SD. Nos allons nous intéressé à Raspbian.  Il faut tout d’abord télécharger la dernière version ici

Raspbian Jessie





Préparation sous MacOS

Il vous faut le logiciel ApplePi-Baker, petit utilitaire qui permet le formatage, la copie et même la sauvegarde de carte SD

Allez chercher le fichier IMG de Raspbian dans le cadre ‘Pi-Ingredient’ l’opération commence dès que vous cliquez sur Open. patientez, une fois terminé éjectez la carte SD, elle est prête!

Préparation sous Windows

Sous Windows, il vous faudra Win32DiskImager, une fois installé, lancez le, choisissez la lettre correspondante à votre carte SD dans le menu ‘Device’, cliquez sur le dossier pour aller chercher votre fichier IMG de Raspbian, cliquez ensuite sur ‘Write’

Une fois l’opération terminée, éjectez la carte SD, elle est prête!

Premier démarrage, Installation et configuration du système d’exploitation:

Premier démarrage et Installation

Branchez le clavier et l’écran à votre Raspberry Pi en premier, insérez la carte micro SD, branchez un cable reseau entre le Pi et votre box, ensuite branchez l’alimentation: c’est parti! Le premier démarrage peut être long, car l’installation de Raspbian s’effectue automatiquement, laissez le faire et allez boire un verre. Une fois le système démarré, il va (peut-être) vous demander de vous identifier. Lors du premier démarrage le login par défaut est « pi », et le password est « raspberry ».

ATTENTION: Avec les systèmes Linux, les password ne sont pas affichés lorsqu’ils sont tapés. Ne vous étonnez donc pas de ne pas voir les traditionnelles petites étoiles lorsque vous allez taper votre mot de passe, et tapez-le normalement, puis validez en appuyant sur « Entrée ». Si le mot de passe n’est pas bon, cela peut être dû au fait que le clavier est configuré en « QWERTY » et non en « AZERTY » par défaut. Il faudra alors taper « rqspberry » pour le mot de passe.

Configuration

Un système Raspbian sur toute la carte

Nous allons nous assurer que le système Raspbian utilise bien tout l’espace de la carte SD. Positionnez vous sur le premier choix « Expand Filesystem », et cliquer sur « Entrée ». Le menu va disparaître, et des lignes de commandes vont être exécutées. Une fois que le système a fini son travail, il vous affichera de nouveau une fenêtre du même type que le menu précédent, vous informant de la réussite de l’opération.

Passer le clavier en AZERTY

Pour cela, choisissez « Internationalisation options ». Comme précédemment, vous arrivez sur un deuxième menu. Choisissez cette fois « Change Keyboard Layout » il peut y avoir un certain temps avant l’affichage de la fenêtre (de façon général, l’ensemble des étapes pour le clavier peuvent être un peu longues). Sur la nouvelle fenêtre, validez directement sans changer le type de clavier. Sauf cas particuliers, ce devrait être le bon. Une nouvelle autre fenêtre apparaît, choisissez « Autre ». Sur la nouvelle fenêtre, choisissez le clavier « Français », puis la disposition « Par défaut », « Pas de touche « compose » », et enfin « Non ».

Passer Raspbian et la Raspberry en Français

Toujours sur « Internationalisation Options », appuyez sur « Entrée », puis choisissez « Change Locale ». Une fenêtre apparaît (elle peut mettre un petit peu de temps), et vous explique ce que sont les locales. Vous allez descendre jusqu’à la ligne « en_GB.UTF-8 UTF-8 », et la sélectionner en appuyant sur la touche « Espace ». Un astérisque va alors apparaître entre les crochets précédent le choix (il est possible que la ligne soit déjà sélectionnée dès le départ. Dans ce cas, gardez là sélectionnée, c’est à dire avec un astérisque affiché entre les crochets).

Vous allez de nouveau descendre, cette fois jusqu’à la ligne « fr_FR.UTF-8 UTF-8 », et répéter la même opération que précédemment. Vous allez maintenant vous déplacer sur le champ « Ok » en bas à gauche de la fenêtre. Pour cela, appuyez sur la touche tabulation. Puis validez.

Une nouvelle fenêtre va apparaître vous demandant de choisir les locales par défaut. Déplacez-vous sur fr_FR.UTF-8, puis utilisez de nouveau la touche tabulation pour aller sur « Ok », et validez.
Le système va de nouveau exécuter des commandes. Ces dernières risquent de prendre un peu de temps. Une fois ces commandes terminées, vous serez de nouveau devant le menu de configuration basique (ce dernier restera probablement en anglais, c’est normal).

Changer le mot de passe de la Raspberry

Maintenant que le système est en français et occupe bien toute la carte, nous allons effectuer une opération primordiale, et trop souvent oubliée, changer le mot de passe de l’utilisateur « pi » ! (l’utilisateur par défaut du système). En effet, ce mot de passe étant celui par défaut du système le plus utilisé sur Raspberry, le laisser tel quel présente une incroyable faille de sécurité.
Pour cela, rendez-vous sur le second choix, « Change User Password », et validez. Une fenêtre vous informe que vous allez devoir entrer un nouveau mot de passe pour l’utilisateur « pi ».
Validez, la fenêtre disparaît, et le terminal vous demande de saisir votre nouveau mot de passe. Entrez le nouveau mot de passe, et sa vérification (là encore, aucun caractère ne sera affiché).
Une fenêtre devrait apparaître, vous signalant que le mot de passe a été mis à jour avec succès (si ce n’est pas le cas, vous avez probablement mal tapé les mots de passe, dans ce cas recommencez). Validez, et vous voici de nouveau sur le superbe menu de configuration !





Bien activer le SSH

Maintenant que notre système Raspbian est un peu plus sécurisé, nous allons nous assurer que le SSH est bien activé afin que vous puissiez prendre le contrôle de la Raspberry à distance et ainsi se passer du clavier et de l’écran branché sur le Raspberry.
Pour cela, descendez jusqu’à « Advanced Options ». Cette fois, après validation vous arrivez sur un autre menu ou vous allez choisir « SSH ». Choisissez « Enable », puis validez. Le système lance quelques commandes puis vous ré-affiche une fenêtre vous indiquant le succès de l’opération. Vous validez (A priori, vous devez commencer à comprendre le principe…)

Voila, vous êtes de retour sur le menu principal.
Utilisez la touche tabulation pour choisir « Finish », et validez. Il est possible qu’une fenêtre vous demande si vous souhaitez redémarrer la Raspberry. Répondez non. Nous le ferons nous même dans quelques instants.

Mettre à jour le système

Votre système est maintenant proprement configuré, il ne nous reste plus qu’à le mettre à jour. Sous Linux la plupart des distributions, dont Raspbian, possèdent des gestionnaires de paquets, qui permettent d’installer des logiciels, mais aussi de faire des mises à jour. C’est donc via ce gestionnaire que nous allons faire notre mise à jour. La mise à jour va se dérouler de la façon suivante, nous allons chercher toutes les mises à jour, nous allons les télécharger et les installer, puis nous allons redémarrer le système.

Pour cela, il vous suffit de lancer cette commande (une fois lancée, allez vous faire un café, les validations se feront sans vous, et le système redémarrera tout seul) :

sudo aptitude update -y && sudo aptitude upgrade -y && sudo reboot 

Voilà, votre Raspbian est installé votre Raspberry Pi fin prête, le tout bien à jour. Il n’y a plus qu’à!

Bientôt d’autres articles sur ce formidable nano ordinateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *